Projet aménagement ZAC

Concours de l’EPASE pour l’aménagement de la ZAC Châteaucreux

L’Etablissement Public d’Aménagement de Saint-Etienne (EPASE) a lancé un concours visant à l’aménagement de la ZAC Châteaucreux. Le concours porte sur deux îlots situés le long de l’esplanade de France sur la façade sud et des voies ferrées sur sa façade nord. Les contraintes : le respect du master plan dessiné et décrit par l’architecte japonais Fumihiko Maki.

CIMAISE ARCHITECTES propose un projet innovant

Les deux îlots proposés par CIMAISE ARCHITECTES sont composés chacun de deux bâtiments et placés dans l’alignement l’un de l’autre. Ils sont desservis par une rue centrale, élément fondamental dans la hiérarchie des espaces. Ce sont elles en effet qui assurent la circulation des usagers entre les bâtiments et qui se connecte à l’espace public. Respiration, circulation et sécurité, puisque leur largeur de 8 mètres est prévue pour permettre une évacuation fluide et sans danger des usagers en cas d’incendie, sont les maîtres mots de cet élément du projet.
La grande originalité du projet de CIMAISE ARCHITECTES tient dans la proposition de toits végétalisés disposés essentiellement sur les bâtiments de la façade sud, orientés vers l’esplanade de France, donc. Outre le bonus hygrométrique qu’ils apportent, la présence de ces toits végétalisés améliore en effet la qualité de l’air dans leur environnement proche, ils ont une importante fonction pratique pour la gestion des eaux de pluie. Dans le cas de fortes pluies, ces surfaces végétales assurent un déphasage de l’arrivée des eaux dans le réseau, évitant ainsi un engorgement dommageable pour la commune comme pour les usagers.

Les contraintes : respect du master plan

La notion d’oku a une place importante dans le master plan de Maki. Cette notion architecturale japonaise désigne un équilibre subtil de transparence et d’opacité. Des couches spatiales qui dissimulent sans jamais cacher. C’est pour cette raison que CIMAISE ARCHITECTES a proposé un projet mêlant habilement béton et verre, végétal et minéral, baies vitrées et persiennes. Ainsi, la respiration, l’intimité et le mystère sont conservés dans un bâtiment aux lignes agréables.
Par ailleurs, les îlots sont positionnés le long de la voie de chemin de fer. Le concours imposait ainsi une contrainte supplémentaire : intégrer dans le bâti, sans l’endommager ou le déplacer, un conséquent transformateur EDF au rôle fondamental pour la gestion du trafic ferroviaire. Il a donc fallu penser l’îlot A en fonction de cet élément.

L’avis de l’architecte

L’intérêt de ce projet réside dans le fait de devoir se plier à de nombreuses contraintes : ce sont conjointement le master plan du célèbre architecte japonais et le Plan Local d’Urbanisme de la ZAC Châteaucreux qu’il fallait respecter. Finalement, proposer un projet à ce concours s’apparentait à réaliser un exercice de style, un peu à la manière des exercices de l’Oulipo, en littérature. Nous avons su mêler subtilement ces formes imposées à notre créativité et à nos envies architecturales.

  • Adresse de réalisation : Saint Etienne
  • Client : EPASE
  • Architectes : CIMAISE ARCHITECTES
  • Date de livraison : 2007
  • Surface : 21600 m²